31 août 2017

Dernier marché des producteurs de l'été à Soumensac

Photo Objectif Duras association

Dimanche prochain venez nombreux nous retrouver sur les promenades à Soumensac. C'est le dernier marché de l'été. Après il vous faudra attendre un an. Comment ferez-vous ?

22 août 2017

Patricia Price Memorial ; Hommages à Patricia Price

Bonjour Mesdames, Messieurs, Mes Amis,

J’espère que vous accepterez mes excuses. Je suis désolé mais je ne parle pas français. Pip va parler un peu pour nous en français après…. I hope that you will accept my apologies for speaking to you in English today, which I know some of you speak "assez bien".

On behalf of Patricia’s only blood relative, her nephew Robin, and his wife Barbara who could not be with us I would like to express our sincere thanks to you all for being here today – a wonderful reflection of the affection and respect Patricia was held in by this community in which she had made her home.
This is a sad occasion but one where we should also celebrate a long life which was lived to the full with her beloved husband Dick whom she adored, full of colour, amazing people, exciting experiences and wonderful journeys. We were never told about the inevitable difficulties and uncertainties of such a globetrotting life but for Patricia as long as she was near Dick all would be well. 
My wife Littlue and I had known Patricia for about 40 years firstly as friends living in the same village in England. After Dick died in 2004 we visited her in Greece after her amazingly brave decision to move there on her own (plus Spot!) aged 81 to be where they had been so happy and then in more recent years visiting her annually in Soumensac.

In this village she found peace and contentment and a truly supportive community, she loved her house and above all her garden. We will always be deeply grateful to those that made her and Spot so welcome here, who loved her and cared for and supported her as she became frail.  Thank you.
She has been a very special friend, loyal, constant and witty, so knowledgeable on numerous topics and so widely read and with an enquiring mind which I am glad to say did not diminish despite her failing health  – we will all miss her.
Thank you.
Peter Smith

Bonjour a tous.
Nous sommes présents aujourd’hui pour faire nos adieux a notre chère amie, Patricia. Pour nous, depuis douze ans, et pour Peter Smith et son épouse depuis quarante ou plus, elle était une amie extraordinaire, toujours généreuse, toujours positive, toujours unique.

Nous nous sommes rencontrés avec Patricia et Spot, son chien, en Grèce; ou elle habitait trois ou quatre ans après que son mari Dick soit décédé; on y avait une maison secondaire. Un jour, en passant, nous sommes arrêtés par une voix du balcon : "montez ici, mes chers voisins, prendre une boisson avec moi. Gin et tonic !"
 Elle nous a suivi en France. Elle a pris le gîte chez nous à Eymet quelques mois avant qu’elle ne trouve la parfaite maison française au village aimable et historique de Soumensac. Merci à Jacques David.

Sa vie a été extraordinaire. Elle est née a Londres en 1925. Depuis 1950 elle a habité seize pays ou plus, partout dans le monde ; elle en a visite beaucoup plus. Elle parlait anglais, bien français, italien, un peu l'arabe, elle a appris le grec. Elle a écrit ses mémoires, avec humour et ironie, en anglais, mais toujours ici elle a fait son agenda en français, elle a pensé en français; elle voulait devenir de nationalité française, les papiers étaient faits, mais a cause de Brexit, il y a eu du retard. Malheureusement elle n’a pas pu voter pour son choix de Président...

Elle a dit qu’elle ne voudrait pas de pompe, de tristesse, ou de cérémonie religieuse, bien qu’elle soit très fière de descendre des Huguenots. Pour moi et Sue, c’était un honneur et un plaisir d’avoir l’amitié de Patricia ; nos vies seront moins riche sans elle. Et je tiens a vous remercier, vous les citoyens de Soumensac pour votre amour et votre soutien de Patricia.
Voilà.
Pip Kirby

Too late to be serious
Trop tard pour être sérieux, c'est  le titre de ses mémoire. On ne pouvait mieux imaginer pour la caractériser ! Aujourd’hui Patricia est morte ! Ultime provocation de sa part ! Non une leçon, une belle leçon de vie ce titre !

« Trop tard » ! Elle ne tuait pas le temps comme on dit en français, elle le mangeait. Du temps, il semblait qu’elle n’en n’aurait jamais assez pour agir, réfléchir, lire, discuter, pour raconter, pour rire, pour vivre ! Ce temps trop court, elle ne le regrettait jamais et comme une bonne anglaise ne se plaignait pas, même dans les moments les plus dures de sa maladie : « Never complain ». Regret, un mot dont elle ignorait le sens, un mot qu’elle laissait derrière elle, un bagage trop lourd pour être emporté. Ce temps, elle l’a rempli de voyages avec Dick aux quatre coins du monde avant de venir s’installer ici à Soumensac pour nous raconter, sous le tilleul, un jour la vie d’une servante en Lybie, un autre un garçon sur une plage de la Jamaïque, ou encore les soirées avec les nomades d’Algérie… Ce n’était pas pour nous décrire, tel un Baedeker, mais pour nous faire vivre avec elle un moment de bonheur, une joie furtive partagée avec les gens importants comme les personnes les plus humbles. Toujours le sourire au coin de la bouche et de la phrase ! Trop tard ! NON, il n’était jamais trop tard pour discuter – un art qu’elle appréciait particulièrement en France – en partageant une coupe de Champagne ou un verre de Duras ou un gin tonic.

« Etre sérieux ! sérieux »un mot dont elle ignorait le sens ! Rire, rire, rire toujours. La bonne humeur, le mot pour sourire, rire. C’était son carburant. La conversation était piquée de plaisanteries et je suis sûr que si elle est là derrière à nous observer, elle attend le moment de s’esclaffer. Mais non me dit-elle : « je ne suis pas là. C’est à vous maintenant de vivre ». Bien que profondément athée, au contraire de son auteur et de son grand-père qui était prêtre, elle avait vraiment fait sienne la phrase de Chesterton :
"Life is too important to be taken seriously"
Mais si tout était matière à se divertir, ça ne veut pas dire qu’on n’abordait pas avec elle des sujets plus graves comme la politique tant française qu’anglaise qu’elle suivait avec intérêt. A la suite du Brexit, elle avait d’ailleurs demandé la nationalité française – honneur qu’elle nous faisait à nous français et hommage rendu à ses ancêtres huguenots. Mais nos discussions  étaient toujours empreintes de la distance que met l’humour si particulier de nos amis britanniques. Nous, les français, on insiste toujours un peu, un peu trop – c’est d’ailleurs ce que je suis en train de faire ! – Patricia, elle, elle s’envolait sur les mots.
C’est à Soumensac qu’elle est venue s’installer pour notre plus grand bonheur. Mais on ne la verra plus, été comme hiver, faire le tour des Promenades avec Spot. Cette promenade avec son chien était son bonheur. Que se disait-elle ? Peut-être :

« Here, in this tiny hill top village, I have found kindness, friendship, laughter.  and kisses, lots of kisses.  Hallo kisses, goodbye kisses, prickly male kisses and scented female kisses, sometimes the other way round. »

Ce que Patricia a trouvé à Soumensac, elle l’avait apporté avec elle. Mais je vais m’arrêter là car je sens que je suis en train de la trahir à trop expliquer. « never explain ! » Pour une dernière fois nous levons Annie et moi notre verre à la santé de Patricia ! Ultime provocation que j’ai apprise d'elle !
Jacques David

Patricia once gave me a book of poems entitled, " Poem for the Day One".  It
is a collection of poems each one to be read on the specific day of any
year.  The poem to be read on August 21st of any year is entitled:




"Nude Descending a Staircase" which was inspired by the painting of Marcel
Duchamp.  Here is the text:

Toe upon toe, a snowing flesh,
A gold of lemon, root and rind,
She sifts in sunlight down the stairs
With nothing on. Nor on her mind

We spy beneath the bannister
A constant thresh of thigh on thigh-
Her lips imprint the swinging air
That part to let her parts go by.

One-woman waterfall, she wears
Her slow descent like a long cape
And pausing on the final stair
Collects her motions into shape.

Written by X.J Kennedy of August 21st, 1929

This poem reminds me that Patricia always gave great shape to her life and
to the life of those whom she touched.  She has descended many a staircase
herself,  but this time she has climbed to the heights of peace and into the
depths of the hearts of those of us fortunate enough to have known her.
With respect, admiration, and gratitude to a fine lady with a great soul.
Ron and Darrell


We mourn the loss of Sylvia Patricia Price, who passed away last Monday. She was one of the most open and honest people on Earth and the fact that she shared her last years with us in Soumensac has been both lucky and undeserved – like an act of grace. Patricia showed up out of the blue, but the fact that she lived in a French village had a reason – she couldn’t stand living where she was from. She was very English, but England had become an impossible place for her to be, because of her childhood experience.

In Soumensac she found a home where she was wonderfully and warmly accepted. To her last day she had none but good words for everyone, most of all for Christine, who looked after her like a daughter, supported by her husband André. She loved the conversations with her neighbour Anouk and her husband Michel as much as she loved being with Annie and Jacques, who started out as her landlords and became fast friends. She cherished the wit and conviviality of “les garcons”, René et Darrel, who’s unusual lives resemble hers in some ways. Last but not least she loved her long time friends Pip and Sue, whom she knew from some golden days in Greece and who – if I am not mistaken – lured her to her final destination, France. It is they who also now look after Spot, her last companion and dog. Spot’s well-being was on Patricia’s mind even as she lay dying.  

The moment she met her later husband, Dick, it was clear for both of them that they’d be together and also that they’d leave England since they had both grown up in what they felt to be unloving families. Patricia and Dick were a match made in between bookshelves and, before long, in between the sheets. 

We know because Patricia has written her life’s story down. It is a story which she loved to tell in astonishing detail and vivid colours, a life so unusual that everyone said: „Why don’t you write it down?“ So after a couple of sample pages submitted and deemed good, she actually sat down and wrote some 80.000 words, almost a novel, quite something for a lady in her early nineties. In that she does resemble Giacomo Casanova – a comparison she would have liked. We all know why. Casanova in the last years of his old age sat down in exile in castle Dux, Bohemia, surrounded by letters and diaries and wrote his incredible memoirs of which we would not know, had he not been given overtime in a far-away spot. Just like Patricia.

Of course, it is her husband, Dick, who was the Casanova, not Patricia. Hers was the part of a very much loving and more than forgiving wife. “Dick would have deserved the gold medal for his unfaithfulness,” she chuckled last Christmas at a conversation. Most women would have divorced a husband of Dick’s calibre ten times. Patricia didn’t. After an early shock when she first discovered, she rather became somewhat of an accomplice in crime. “I might not have been as beautiful as the others, but it was me with whom Dick stayed,” she said with some satisfaction. Incredible almost, unheard of. Together, as friends and comrades in love, they toured and discovered the world, Dick having been a geologist and prospector. They intimately got to know the Caribbean islands, Africa, parts of Asia and pretty much all of Europe. When they tried to resettle in England after Dick’s retirement, Dick soon became ill and died of cancer. Patricia could not bear staying in England by herself but moved immediately, first to Greece, then to France.

“I don’t want to be among the English, I want to be with the French,” she used to say with relish when asked why she chose to live in Soumensac and not in Eymet. “I like the English, but I have had my share of them.” Reading her life’s story we understand why.

Some 15.000 British are said to live in the area of Eymet alone, and hundreds of thousands all over France, seeking a better life – that we discussed over a bottle champagne last Christmas. Yet when a similar amount of Eastern Europeans move to Britain for similar reasons, Britain bolts and votes for Brexit. Patricia scoffed at this irony and with her pincer-like voice she spoke her verdict: “I think it’s a disgrace.” She started procedures to be naturalized in France.

Yet Patricia was really a very fine specimen of Britishness, not just because of her fine mahogany furniture, her chintzy chairs, fine silver, crystal wear and watercolours, but because she had a great sense of humour and a knack for telling tales, she was resilient when faced by spite and kept a stiff upper lip in times of pain. She never complained.

Patricia thought nothing of religion, again because of those persons and institutions that she came to know when she was young, before and during the war. And yet she showed some very Christian virtues – she was gentle, loving, caring and most forgiving. As her mortal remains will or have now be turned to ashes and, after her wish, dispersed without a grave, there might be those in this room who do feel that Patricia’s soul is imperishable and hope for her redemption. And they might now remain for a moment in silent prayer.
Bert Gamerschlag

Patricia Price est née le même jour que mon père en 1925.
Elle aimait rencontrer des personnes pour conserver son français. Après le Brexit, elle voulait acquérir la nationalité française ; elle me disait que pour elle, c'était "romantique". Son grand-père paternel était français, huguenot. Il aimait la France. Il avait de belles moustaches comme Napoléon III.
Elle me racontait qu'elle avait suivi son mari dans 15 pays différents. Elle avait beaucoup d'anecdotes qu'elle a retracées dans un livre de 380 pages. J'aurais aimé prendre le temps de le lire avec elle.
Elle était accueillante, toujours souriante, élégante, avait beaucoup d'humour, prenait la vie du bon côté, ne se plaignait pas malgré sa maladie et ses douleurs.
Elle aimait notre petit village où elle se promenait avec son fidèle compagnon Spot, sa petite maison douillette et son petit jardin.
Elle restera dans ma mémoire car les années ne lui ont pas enlevé sa joie de vivre et j'aimerai suivre son exemple.
Adrienne Van de Ven





15 août 2017

Carnet : décès de Patricia Price



On ne verra plus cette vieille dame promener son chien sur les promenades. Elle est décédée lundi 14 août.
Après une vie passée à parcourir le monde avec son mari : Caraïbes, Italie, Libye, Algérie, etc. Elle était venu s'installer il y a près de dix ans à Soumensac pour y finir ses jours.
Sa liberté d'esprit, sa connaissance de notre culture en faisait un personnage libre et attachant, non sans cette dose de provocation propre à l´humour britanniques. Vive et drôle, elle ne promènera plus son chien Spot.

09 août 2017

Projet de halle : les Amis veillent au grain article de Sud-Ouest d'aujourdhui



Le projet de construction de la halle inquiète l’association pour la protection et le développement de Soumensac. 
PHOTO G. B.


Publié le  par Guy Brunetaud.


L’association pour la protection et le développement de la commune, les Amis de Soumensac, a réuni ses membres pour son assemblée générale annuelle, samedi. Le trésorier Jacques David a rendu compte du bilan financier de l’exercice 2016. Le président Benoît Boucard a rappelé les activités de l’association de l’année 2016 et début 2017 : le salon du livre qui a eu du succès, la présentation du livre-photos « Souviens-toi de Soumensac », les Journées du patrimoine en partenariat avec la ville de Duras et l’exposition « Artistes au jardin ».

En 2017, les amis de Soumensac ont organisé, outre celles de 2016 reconduites, une conférence sur l’occitan en mai, un hommage à André David, compositeur et musicien en juillet, une exposition de peintures dans la cour de l’école également en juillet.
Le salon du livre aura lieu le 2 décembre prochain, à Eymet. L’association projette d’organiser en 2018 deux conférences, une exposition de peinture et sculpture, tout en poursuivant les visites guidées du village. Un festival est également en gestation.

Vers le tribunal ?

L’association a ensuite abordé la construction de la halle sur les promenades, alors qu’un permis de construire a été déposé par la municipalité. Les Amis ont déposé des recours gracieux et hiérarchiques. En cas de non-réponse ou de statu quo, l’association engagera une action au tribunal administratif, et s’il y a lieu une action en référé. Des membres de l’assemblée ont fait remarquer que s’il y a une subvention pour cette halle, il serait plus judicieux qu’elle soit affectée aux travaux d’assainissement qui, eux, sont « prioritaires ».
Au chapitre des questions diverses, Jean-Luc Borsato a évoqué le devenir de la table d’orientation installée sur les promenades, en friche. Il propose la réalisation d’une fresque ou photo relatant Soumensac sur le mur pignon de l’école. Il semblerait que la mairie envisage des travaux sur ce mur (création d’un escalier privatif pour accéder au logement au-dessus de l’école). Toujours concernant les promenades, la mairie ayant refusé de les laisser nettoyer par l'association eu égard à des problèmes d’assurances et de responsabilité, Jean-Louis Giron indique que l’association a sa propre assurance et propose d’enclencher cette opération de nettoyage.
Jean-Luc Borsato indique qu’il serait nécessaire qu’une plantation de haies soit envisagée afin de cacher l’espace poubelles à l’entrée du village.

Le bureau a été renouvelé : président, Benoît Boucard ; vice-président, Michaël Borsato ; trésorier, Jacques David ; secrétaire, Jean-Louis Giron.

N.B. Une précision importante qui ne figure pas dans l'article, les recours de l'association sont fondés sur la non constructibilité de la zone des promenades selon la carte communale approuvée en 2007, confirmée par un courrier du sous-préfet de 2016.

08 août 2017

Compte-rendu du Conseil municipal du 6 juin 2017


Le compte-rendu du conseil municipal du 6 juin n'étant pas disponible sur le site officiel de la mairie : http://www.commune-de-soumensac.fr/#commune_de_soumensac.B, le blog en donne connaissance.
On notera en particulier le dépôt d'un permis de construire sur les promenades, rajouté à l'ouverture du conseil par le maire de Soumensac. Ce permis a fait l'objet d'un recours gracieux par l'Association Les Amis de Soumensac et l'ensemble des riverains du site où la construction projetée. On rappelle en effet que conformément au plan communal approuvé en 2007 confirmé par une lettre du sous-prégfet en 2016, le site des promenades est non constructible.






13 juillet 2017

Exposition d'artistes

Le dimanche 9 juillet, comme annoncé, l'association "Les Amis de Soumensac", a eu le plaisir de proposer aux visteurs une exposition de peintures et de sculptures réalisées par certains de ses talents qui habitent le village.. Cette manifestation s'est tenue dans la cour de l'école, en même temps que le marché des producteurs. Un succès puisque nous avons estimé à plus d'une centaine ceux qui sont venus découvrir ces oeuvres. Merci aux exposants, nos amis belges Jean-Christophe Prignon et Tüllin Braman, Annie Dufour, François Limousin, notre américain de la Boissière Ronald Notto, notre invitée de la Sauvetat Martine Brosse, et moi-même.
Nous espérons reconduire cet evènement l'an prochain